IMG_1676

Carine MAHY

Que se cache-t-il, dès lors, derrière l’image de candeur originale de la fillette ?

À propos : 

Le visage impassible d’une fillette, clooné, clowné sur une cinquantaine de toiles.

Portrait carré, un espace de vie de 50 cm sur 50 cm dans lequel la candide subit les attaques d’«objets ordinaires». À travers cette série, la signification première d’un objet est remise en question. La démultiplication, la découpe, la torsion, la décomposition de ce dernier donne à l’image un sens multiple. La malléabilité de l’objet suggère au regardeur de nouvelles intentions de significations personnelles. Enfant-monstre, enfant-réceptacle, enfant-cobaye…

Carine Mahy joue avec les images comme d’autres jouent avec les mots ou aux cartes.
Sa formation de graphiste a façonné ce regard grave et amusé qu’elle porte sur le monde qui l’entoure. »

« L’histoire de l’art, la société de consommation, l’astrophysique, la religion, le quotidien médiatique, le féminisme, la culture populaire… se rencontrent, s’assemblent ou s’opposent dans un univers insolite parfaitement maîtrisé.
La ligne est pure, les aplats remarquables, la technique méticuleuse voire scolaire mais le ton est d’un tout autre ressort. Décalé, ironique, s’il ne se prend pas au sérieux, il titille l’esprit cartésien, accroche ou décroche le rêveur. Entre trouble et séduction, sujet et objet parlent une langue dont les codes sont multiples. Mickey Mouse croise Raphaël, Marilyn Le Douanier Rousseau et Tim Burton se met dans la peau d’une Vierge Noire du Moyen Age.
Les objets sont les chéris de cette passionnée qui, depuis 10 ans, concocte à l’abri des regards cette série de petites filles depuis qu’une publicité des années 50 lui est revenue en tête alors qu’elle rêvassait hypnotisée par le mouvement du tambour d’une machine à laver… »
Laure Eggericx, août 2020.

“Après l’obtention de mon diplôme en Communication Graphique à l’ENSAV La Cambre de Bruxelles avec la mention « La plus grande distinction », j’ai commencé à travailler dès 1997 au sein de plusieurs studios graphiques à Liège, Bruxelles mais également à Aarhus au Danemark.
Depuis 2000, je suis professeure en Communication Graphique et Conception Publicitaire à la Haute École Albert Jacquard de Namur. Je suis chargée des cours de conception graphique – packaging – affiches – typographie expérimentale.
Depuis plusieurs années, en parallèle, je développe des recherches visuelles sur la typographie ( structure, sens, ajout, lisibilité ) ainsi que des recherches sur les images de notre quotidien médiatique. Mon travail crée des liens fréquents avec le monde de la consommation, de la culture populaire. D’autres projets graphiques continuent à ponctuer mon parcours :
Europese Biennale voor Grafische Kunsten Brugges – Urbanmanity – affiche du documentaire sur Chantal Akerman, « I don’t belong anywhere » de Marianne Lambert…”
carine mahy